JFR 2011 - 5102 - Tumeurs de la voie excrétrice supérieure (TVES) 2e partie

Mis à jour le 05/09/2012 par SFR
Imagerie des tumeurs de la voie excrétrice supérieure
F PRÉAUX, S MERRAN, D EISS, O HÉLÉNON
Objectifs
Messages à retenir
Connaître la technique de l'uro-scanner. Connaître la technique de l'uro-IRM. Connaître la fréquence, la symptomatologie clinique et la sémiologie TDM et IRM des tumeurs de la voie excrétrice supérieure (TVES).
Résumé
L'imagerie actuelle des TVES est représentée par l'uro-scanner et l'uro-IRM. La sémiologie échographique est cependant importante à connaître en raison de son utilisation très courante en première intention. La technique des examens d'imagerie doit s'efforcer de visualiser la totalité de l'appareil urinaire. L'image la plus fréquente est une lacune de la voie excrétrice, au mieux visible sur les coupes tardives de l'uro-scanner, ou sur les coupes très pondérées T2 sur l'uro-IRM. En cas de tumeur obstructive du bassinet, il peut s'agir d'un rein détruit, la lésion est alors visible au sein des cavités dilatées. En cas de tumeur envahissant le parenchyme rénal, une TVES peut simuler une tumeur rénale parenchymateuse. Le carcinome à cellules transitionnelles est la tumeur maligne la plus fréquente des TVES. Il s'agit d'une pathologie de l'urothélium. Les localisations pyélo-calicielles sont les plus fréquentes des TVES. La multifocalité des tumeurs varie de 10 à 20 % des cas. Elles peuvent être étagées sur tout l'arbre urinaire, soit d'emblée, soit de façon asynchrone. Le carcinome des tubes de Bellini constitue une entité spécifique qui sur le plan radiologique se rattache aux TVES. Les tumeurs bénignes, le papillome inversé et le polype fibreux ou fibro-épithélial sont exceptionnels.