JFR'2010 - 2106 - Neuro-ophtalmologie : mise au point pratique, 3e partie

Mis à jour le 23/08/2011 par SFR
Baisse de l'acuité visuelle et diplopie dans le cadre de l'hypertension intracrânienne idiopathique
P KOSKAS-BOUBLIL, J BLUSTAJN, M BOUCENNA, F HÉRAN
Messages à retenir
Connaître la présentation clinique des hypertensions intracraniennes (HTIC). Connaître les modalités d'exploration des HTIC en imagerie et leur chronologie. Savoir rechercher et reconnaître les signes évocateurs d'HTIC idiopathique en IRM. Connaître les résultats aux différentes phases de la maladie (diagnostic, suivi sous traitement) de l'échographie orbitaire et son rôle dans la surveillance et l'appréciation du pronostic visuel dans cette pathologie.
Résumé
L'HTIC idiopathique a une présentation clinique généralement évocatrice : céphalées, troubles visuels (diplopie, baisse visuelle), oedème papillaire, acouphènes généralement chez une femme jeune dans un conteste de prise de poids importante rapide et récente, de prise médicamenteuse (cyclines pour acné), d'endocrinopathie. La suspicion d'HTIC impose la réalisation d'une imagerie de l'encéphale en urgence pour éliminer en particulier une tumeur, une thrombophlébite. Les explorations veineuses (angio IRM ou angioscanner) sont indispensables dans ce contexte. L'absence de lésion associée à des signes d'HTIC (dilatation de la gaine des nerfs optiques, selle vide, descente des amygdales) permet de poser le diagnostic d'HTIC idiopathique, confirmé par la ponction lombaire avec mesure de la pression du LCR à l'ouverture (supérieure à 20 cm d'eau). L'échographie orbitaire avec doppler des veines ophtalmique donne des indicateurs de gravité important et permet de suivre l'évolution de la maladie. Son risque majeur est la mauvaise réponse aux traitements et l'apparition progressive d'une cécité.