JFR 2011 - 4106 - Les bons réflexes en IRM neurologique 2e partie

Mis à jour le 12/10/2012 par SFR
Application à la pathologie inflammatoire et infectieuse
G COSNARD
Objectifs
Messages à retenir
Les collections infectieuses à pyogène ont un signal élevé en diffusion. Une encéphalite temporale interne est d'étiologie herpétique jusqu'à preuve du contraire. Un signal élevé en diffusion ou FLAIR des noyaux gris et du cortex doivent faire suspecter une maladie de Creutzfeld-Jacob. Une plage en hyposignal T1 et hyper T2 doit faire évoquer une leuco-encéphalite multifocale progressive. Penser à listeriose devant toute rhombencéphalite. Evoquer une encéphalo-myélite aiguë disséminée devant des images de SEP à rehaussements synchrones avec atteinte des noyaux gris.
Résumé
Gravité et urgence : du coma de l'encéphalite herpétique aux troubles neurologiques mineurs d'apparition progressive. C'est l'étape d'élimination des grandes urgences diagnostiques et d'orientation des explorations complémentaires. Savoir mettre en œuvre les séquences adéquates : imagerie de diffusion, écho-de gradient T2*, FLAIR, séquence pondérée T1 avant imagerie de perfusion (surtout en cas de lésion pseudo-tumorale) et après injection de gadolinium. Pouvoir affirmer qu'un examen est normal ou non et apprécier le degré de cohérence radio-clinique. Tout regarder en IRM ou en CT : structures osseuses et aériennes : base du crâne, sinus et mastoïdes, espaces méningés, encéphale : substances blanche et grise, les ventricules, les nerfs, les labyrinthes, les artères et veines. Le rehaussement ou non des lésions après injection. Savoir réduire les gammes diagnostiques en s'aidant des données cliniques, de l'âge, du statut immunitaire, des passages en zone d'endémie,… de l'analyse du sang et du LCR, et de leurs données biologiques, bactériologiques et immunologique en limitant le recours à la biopsie. Savoir répéter un examen et le compléter éventuellement par un examen du rachis, de la moelle épinière et des racines. Savoir surveiller l'évolution d'une pathologie infectieuse ou inflammatoire mais savoir aussi détecter ses complications : hydrocéphalie, ventriculite, plexite choroïdienne, artérite, anévrysme, thombose veineuse, ischémie, atrophie.