JFR 2011 - 3347 - Pathologie rachidienne et médullaire 1e partie

Mis à jour le 19/12/2012 par SFR
Pièges et astuces en pathologie médullaire
G COSNARD
Objectifs
Connaître les grandes entités pathologiques. Savoir adapter sa technique selon l'indication et au cours de l'examen. Apprendre à rechercher des lésions multifocales du SNC ou d'ailleurs.
Messages à retenir
Toujours penser vasculaire et éliminer cette hypothèse. En rachis lombaire : toujours regarder le cône médullaire. La moelle épinière fait partie du SNC : pathologie souvent multifocale. Lésion médullaire : parfois la réponse est autour : médiastin, rétropéritoine, poumons... Une tumeur est parfois une pseudo-tumeur.
Résumé
Connaître les grandes entités : malformative parfois, de découverte parfois tardive, telle la hernie médullaire transdurale et son encoche en baïonnette (axiales T2 millimétriques). Vasculaire et la plus fréquente la fistule artério- veineuse durale à drainage veineux périmédullaire avec un hypersignal T2 du cône et des vaisseaux dilatés en intrathécal. Cavitaires : en détectant la cause d'une syringomyélie parfois tumorale (gadolinium). Tumorale en différenciant les plus fréquentes : astrocytome (infiltrant, excentré) et épendymome avec coiffe d'hémosidérine et refoulement des fibres (tractographie) et en reconnaissant l'hémangioblastome (pédicule vasculaire). Inflammatoires et infectieuses en sachant ajouter un examen cérébral. Pseudo-tumorale en pensant aux granulomatoses et à leurs localisations extra-rachidiennes.