JFR 2012 - 3143 - Nerfs crâniens de III à VI : tout un programme 3e partie

Mis à jour le 03/12/2013 par SFR
III, IV, VI : pour comprendre l’oculomotricité
Orateur : Koskas-Boublil Patricia
Objectifs
Connaître l’anatomie des nerfs : III, IV, VI.
Connaître l’anatomie de la base du crâne, les noyaux et trajets nerveux des nerfs de l’oculomotricité.
Connaître les signes cliniques liés à leur atteinte.
Connaître la gamme diagnostique de leurs pathologies.
Messages à retenir
Reconnaître les troubles visuels en distinguant la baisse d’acuité visuelle des troubles oculomoteurs.
L’exploration en imagerie est dominée par l’IRM, incluant coupes fines et injection de gadolinium.
Le scanner complémentaire est souvent indispensable pour analyser les foramens, la base du crâne, les parois orbitaires.
Une atteinte du VI exige une étude scanner de l’os de la pointe du rocher.
Une étude des vaisseaux du polygone de Willis est le plus souvent utile, indispensable en cas d’atteinte du III.
Résumé
L’étude des nerfs oculomoteurs doit être exhaustive de l’origine (noyau dans le tronc) jusqu’aux muscles effecteurs (orbite). Importance de l’étude des loges caverneuses : toujours comparative. L’atteinte du III est souvent complexe, difficile à identifier de façon précise (atteinte intrinsèque, extrinsèque ou partielle associée à d’autres signes neurologiques) et nécessite une étude raisonnée, basée sur les connaissances anatomiques, sémiologiques et pathologiques. Outre la pathologie tumorale, il faut savoir chercher les étiologies malformatives, ischémiques et inflammatoires, moins connues.