JFR 2012 - 3306 - La neuroradiologie en questions 2e partie

Mis à jour le 05/02/2014 par SFR
La substance blanche en questions
Orateur : Kremer Stéphane
Objectifs

Messages à retenir
Les lésions de SEP se présentent sous la forme d'hypersignaux T2 et FLAIR de la substance blanche (juxta-ventriculaire, juxta-corticale, du corps calleux, de la substance blanche profonde et de la périphérie du tronc cérébral) de forme ovalaire, de direction radiaire, mesurant plus de 3 mm et pouvant prendre le contraste après injection de gadolinium.
Les lésions vasculaires ne sont généralement ni radiaires ni ovalaires, elles respectent le corps calleux et les régions temporales et touchent la partie centrale du tronc cérébral et les noyaux gris centraux.
La SEP devra être différencier des autres atteintes démyélinisantes inflammatoires comme l'ADEM et la neuromyélite optique de Devic.
Le radiologue devra s'attacher à rechercher les critères IRM de dissémination temporelle et spatiale selon la classification révisé de Mc Donald 2010.
La sémiologie radiologique et le contexte clinique (âge, facteurs de risque vasculaires, antécédents de maladie systémique, migraine) permettront d'orienter le diagnostic étiologique des lésions vasculaires de la substance blanche.

Résumé
Questions : Ces lésions sont elles vasculaires ou inflammatoires ? Ces lésions inflammatoires sont-elles une sclérose en plaques ? Ces lésions d'allure vasculaires sont-elles pathologiques ? Les hypersignaux de la substance blanche (SB) sont fréquents et les étiologies principales sont les lésions inflammatoires, démyélinisantes et vasculaires. L'analyse radiologique et clinique permet de les différencier. Les lésions de SEP se présentent sous la forme d'hypersignaux T2 de la SB juxta-ventriculaire, juxta-corticale, du corps calleux, de la SB profonde et de la périphérie du tronc cérébral de forme ovalaire, de direction radiaire, mesurant plus de 3 mm, pouvant prendre le contraste après injection. Les lésions vasculaires ne sont généralement ni radiaires ni ovalaires, respectent le corps calleux et les régions temporales, touchent la partie centrale du tronc cérébral et les noyaux gris centraux. Les lésions de SEP devront néanmoins être différenciées des autres pathologies démyélinisantes inflammatoires comme l'ADEM ou la neuromyélite optique. Les lésions de la SB d'origine vasculaire sont fréquentes après 50 ans et peuvent alors être considérées comme physiologiques en cas de foyers ponctuels et d'absence de contexte clinique favorisant. En cas de confluence des lésions ou chez les sujets de moins de 50 ans, des facteurs de risque vasculaires et un contexte de maladie systémique ou de vascularite devront être recherchés.