JFR 2013 – 1306 - Neuroradiologie diagnostique et interventionnelle - Les traumatismes crânio-encéphaliques pas à pas 2e partie

Mis à jour le 28/01/2015 par SFR

Imagerie des traumatismes de la face

Orateur : Arnaud Attyé 

Objectifs
-Connaître les différentes associations lésionnelles seondaires à un traumatisme facial simple ou complexe
-Savoir rechercher les lésions viscérales sous-jacentes qui donnent le degré de gravité du traumatisme
-Connaître les limites de la tomodensitométrie

Messages à retenir
-Les radiographies conventionnelles n’ont plus leur place dans la prise en charge des traumatisés faciaux.
-L’analyse des lésions osseuses doit se faire dans différents plans pour ne pas méconnaître des fractures focales potentiellement compliquées d’atteinte nerveuses ou vasculaires.
-En cas de lésion orbitaire, notamment étendue à l’apex et au plancher de l’orbite, les risques majeurs sont la cécité par atteinte du nerf optique et l'incarcération du muscle droit inférieur
-Le radiologue a un rôle dans le diagnostic des fractures alvéolo-dentaire pour notamment identifier les chambres de résorption périapicales

Résumé
Le scanner multidétecteur est la modalité d’imagerie de choix dans la prise en charge des traumatismes faciaux. Les reconstructions multiplanaires et en 3 dimensions sont indispensables pour la caractérisation lésionnelle. Elles permettent le diagnostic de fractures isolées ou complexes et un abord chirurgicale précoce afin d’éviter des complications tardives fonctionnelles ou esthétiques. L’identification du mécanisme lésionnel est déterminante pour le diagnostic topographique des lésions osseuses ou des parties molles. Les fractures de Le Fort ont en commun une atteinte profonde des apophyses ptérygoïdes dont résulte une dissociation d’une partie du maxillaire avec la base du crâne. Les fractures orbito-nasales ou zygomatico-maxillaires sont susceptibles d’entraîner de graves atteintes viscérales bulbaires oculaires ou péribulbaires. Les fractures du processus alvéolaires doivent être envisagées comme des fractures ouvertes potentiellement septiques de par leur relation avec la cavité buccale. Les fractures des sinus frontaux avec atteinte de la paroi postérieure peuvent se compliquer d’hémorragie intra-crânienne, de brèche ostéo-durale ou d’abcès intra-crânien. Le traumatisé facial doit être considéré comme un traumatisé encéphalique et rachidien cervical potentiel.