JFR 2010 - 3108 - Le poignet traumatique, 3e partie

Mis à jour le 27/06/2011 par SFR
Instabilité du carpe
A LESAVRE, G SERRA-TOSIO, G CLUZEL, M SOUBEYRAND
Messages à retenir
Les lésions des ligament scapholunaire (LSL), lunotriquétral (LLT) et du TFCC (triangular fibrocartilage complex) sont les plus fréquemment rencontrées. Il est important de faire un diagnostic précoce à un stade où les radiographies sont le plus souvent normales. L'arthroscanner (ou arthroIRM) est alors l'examen de référence, l'IRM simple se révélant insuffisante. Plus tardivement, dans les atteintes du LSL, le bilan radiographique montre des signes d'instabilité statique (sur les incidences de face et de profil avec une instabilité en DISI) et/ou dynamique (sur les clichés en inclinaison radiale et ulnaire).
Résumé
Les atteintes traumatiques du LSL, du LLT et du TFCC sont fréquentes et souvent méconnues. Il faut savoir les rechercher quand il existe une discordance entre des radiographies qui sont souvent normales au début et des signes cliniques de douleurs et d'instabilité. Un diagnostic précoce est nécessaire pour choisir un traitement adapté (éventuellement chirurgical) et pour éviter l'évolution vers une instabilité majeure avec arthrose. L'examen de référence est l'arthroscanner (ou arthro-IRM), l'IRM simple se révèlant insuffisante. L'atteinte du LSL est la plus fréquente et la plus grave. L'arthroscanner permet d'évaluer l'étendue et le siège de la perforation, l'état du moignon ligamentaire (réinsérable ?), de rechercher une atteinte cartilagineuse associée. Le bilan radiographique montre plus tardivement des signes d'instabilité statique ou dynamique avec des signes de dissociation scapholunaire (instabilité en DISI). Le risque est l'évolution vers l'arthrose (SLAC wrist). L'atteinte du LLT est beaucoup plus rare et moins arthrogène. Lésions du TFCC : la classification de Palmer permet de distinguer les atteintes traumatiques des atteintes dégénératives.