JFR 2010 - 4308 - Nouveautés en imagerie ostéo-articulaire, 2e partie

Mis à jour le 27/06/2011 par SFR
Avancées techniques en IRM ostéo-articulaire
JL DRAPÉ, A FEYDY, H GUERINI, R CAMPAGNA, J ROUSSEAU
Objectifs
Messages à retenir
Les nouvelles séquences isotropes 3D FSE ou TSE permettent en une seule acquisition de se substituer aux classiques séquences 2D au niveau du rachis et des articulations périphériques. L'IRM 3T facilite l'imagerie fonctionnelle de l'appareil musculo-squelettique : mapping T2 du cartilage, imagerie de diffusion, tractographie des nerfs périphériques. L'IRM corps entier va jouer un rôle majeur dans la détection des anomalies multi-focales de la moelle osseuse. L'imagerie à TE ultra court permet de recueillir du signal au niveau de structures qui en sont habituellement absentes (fibrocartilage, corticale osseuse).
Résumé
L'imagerie parallèle est largement utilisée en IRM musculo-squelettique. Elle permet d'utiliser les dernières 3D FSE TSE isotropes avec un fort contraste T2 sur le rachis et les articulations périphériques. L'excellente qualité des reconstructions (MPR) permet la substitution de plusieurs séquences 2D. Le post-traitement devient identique à celui des acquisitions scanographiques. Le gain de signal avec les IRM 3T favorise le développement de l'imagerie fonctionnelle en particulier le mapping T2 du cartilage et l'imagerie de diffusion. Les imageries paramétriques (fraction d'anisotropie) semblent prometteuses pour détecter les conflits débutants sur les structures nerveuses périphériques. L'IRM corps entier couplée à l'imagerie de diffusion permet un bilan performant des affections ostéo-articulaires multi-focales aussi bien oncologiques qu'inflammatoires (spondylarthrite ankylosante). Les séquences à TE ultra court ouvrent des perspectives sur l'exploration de structures habituellement 'aveugles' à l'IRM en raison de leur T2 court. Du signal peut être recueilli au niveau de la corticale osseuse avec possibilité d'une imagerie paramétrique de l'ostéoporose.