JFR 2011 - 2319 - Ostéosynthèses percutanées guidées par l'imagerie : alternatives mini-invasives à la chirurgie orthopédique conventionnelle - 1e partie

Mis à jour le 11/01/2012 par SFR
Ostéosynthèse percutanée préventive des métastases de l'extrémité supérieure du fémur
F DESCHAMPS, ML GUYE, S ROSANT, T DE BAÈRE
Objectifs
Messages à retenir
Les métastases osseuses du col fémoral à risque fracturaire sont du ressort de la chirurgie orthopédique. La cimentoplastie seule est insuffisante pour la consolidation, surtout en cas de lyse corticale associée. L'association ostéosynthèse et cimentoplastie est entièrement réalisable en percutané sous guidage radiologique. Cette procédure est réalisable sous sédation et bloc anesthésique fémoral, évitant une anesthésie générale. Cette technique est une alternative pour les patients fragiles ou non opérables.
Résumé
Les métastases de l'extrémité supérieure du fémur peuvent être à l'origine de fractures pathologiques. Leur traitement préventif est classiquement du ressort de la chirurgie orthopédique. La cimentoplastie, seule, s'avère souvent insuffisante pour une consolidation efficace. Dans notre expérience une fracture pathologique est survenue dans 35% des cas malgré une cimentoplastie préventive. Son association avec une ostéosynthèse percutanée est prometteuse et constitue une alternative à la chirurgie pour des patients poly-métastatiques, souvent fragiles. Ces procédures sont réalisables sous sédation consciente et bloc anesthésique fémoral. La mise en place écho-guidée par l'anesthésiste du cathéter péri-nerveux fémoral améliore le confort per-procédure du patient grâce au bloc sensitif et de l'opérateur grâce à l'excellente relaxation musculaire. L'injection d'anesthésiques locaux en continu par ce cathéter permet de diminuer voire d'abolir le besoin en morphiniques pendant les premières 48h, chez ces patients souvent algiques chroniques et/ou sous morphiniques au long cours. Cette anesthésie combinée permet de prendre en charge les patients récusés pour une anesthésie générale. L'intégralité de la procédure est réalisée en percutané par un radiologue interventionnel sous contrôle radiologique. La faisabilité est de 100% et aucune fracture pathologique n'est survenue au cours de la surveillance (le suivi sera réactualisé pour les JFR 2011).