JFR 2011 - 2319 - Ostéosynthèses percutanées guidées par l'imagerie : alternatives mini-invasives à la chirurgie orthopédique conventionnelle - 3e partie

Mis à jour le 11/01/2012 par SFR
Ostéosynthèse et décompression percutanées des métastases vertébrales
C COURT
Objectifs
Messages à retenir
Les métastases vertébrales sont fréquentes, à l'origine de douleurs et de complications neurologiques par fracture et/ou épidurite. Le traitement préventif, par ostéosynthèse et/ou décompression, avant l'apparition d'une complication est de mise. L'ostéosynthèse percutanée permet de limiter l'agression chirurgicale, diminuer les douleurs postopératoires, réduire le saignement opératoire et par conséquent la morbidité par rapport à l'ostéosynthèse à ciel ouvert, chez des patients à l'état général souvent altéré.
Résumé
Les métastases vertébrales sont une localisation fréquente dans l'évolution d'un cancer ostéophile. Le traitement a pour but d'obtenir l'antalgie et de prévenir une complication neurologique. Un grand nombre des métastases peuvent être traitées par radiothérapie et cimentoplastie. La chirurgie est indiquée dans les métastases instables du rachis, ou en cas de complications mécaniques ou neurologiques, ou idéalement pour les prévenir. La chirurgie mini-invasive du rachis est en pleine évolution tant en pathologie dégénérative que traumatique grâce aux progrès de l'instrumentation. Nous avons adapté ces techniques au rachis métastatiques pour réaliser des ostéosynthèses percutanées et des décompressions mini-invasives. L'absence d'abord chirurgical permet de limiter le saignement et la morbidité qui y est attachée (polytransfusion, infection). Les suites opératoires sont plus simples, moins douloureuses et la reprise des activités plus précoce. Les techniques mini-invasives ont des indications actuellement encore limitées qui sont à définir précisément.