JFR 2011 - 4108 - Echographie des lésions musculaires de la cuisse 3e partie

Mis à jour le 03/07/2012 par SFR
Echographie des lésions musculaires des ischiojambiers
JL BRASSEUR, G MERCY, D ZEITOUN-EISS, J RENOUX
Objectifs
Messages à retenir
Possibilité d'analyse de la totalité des ischiojambiers par échographie. Importance des repères anatomiques pour planifier cette étude. Aspects extrèmement variables de la sémiologie échographique des lésions. L'échographie est le premier examen à réaliser en cas de lésion des ischiojambiers.
Résumé
Les ischiojambiers comportent 4 muscles : le long biceps, le semitendineux, le semimembraneux et le court biceps. Les 3 premiers s'attachent en proximal par 2 tendons au versant postérolatéral de l'ischion et le court biceps naît de la diaphyse fémorale. Ces muscles occupent un espace fort réduit à la partie supérieure de la cuisse. Le long biceps s'attache en distal sur l'aponévrose postérieure du court biceps et les 3 autres muscles s'insèrent par des tendons distaux. Celui du semimembraneux se divise en plusieurs éléments distincts. Les lésions des ischiojambiers sont fréquentes en particulier en pathologie sportive. Elles peuvent se situer à n'importe quel point de la chaîne tendinomusculaire. Tous les types de lésions musculaires peuvent se retrouver mais les désinsertions myo-aponévrotiques sont les plus fréquentes, essentiellement à la partie proximale du semimembraneux et à la partie distale du long biceps. Les atteintes extrinsèques sont rares au niveau de ce groupe musculaire. Des lésions purement aponévrotiques sont par contre visualisées en particulier au niveau de la cloison centrale du semitendineux. Les atteintes tendineuses proximales chroniques font partie du diagnostic différentiel des douleurs fessières. Des épreuves de contraction facilitent souvent le repérage des lésions ; il en est de même de la palpation échoscopique. L'échographie est la première technique à utiliser pour l'analyse de ces lésions.