JFR 2011 - 5308 -Tumeurs cartilagineuses des os 2e partie

Mis à jour le 10/07/2012 par SFR
Diagnostic différentiel des lésions cartilagineuses : les lésions cartilagineuses 'like'
F THÉVENIN, F LAROUSSERIE, H GUERINI, R CAMPAGNA, A FEYDY, JL DRAPÉ
Objectifs
Messages à retenir
La topographie de la lésion est à la base du diagnostic différentiel. Pour les enchondromes du genou, l'infarctus osseux est le principal diagnostic différentiel. L'infection, la tumeur à cellule géante, le fibrome non ossifiant ne pose pas de réel problème diagnostique. Le diagnostic différentiel d'un ostéochondrome repose sur les ossifications dites de traction, la myosite ossifiante juxta-corticale, le lipome parostéal (coiffé d'une plage graisseuse), les NORA et périostites florides et l'ostéosarcome parostéal.
Résumé
L'infarctus osseux présente un centre moins dense que l'enchondrome en radiographie et un liseré calcifié serpigineux en périphérie. En IRM le centre est avasculaire et les contours présentent un double liseré. La continuité cortico-spongieuse est à la base du diagnostic différentiel d'ostéochondrome. Le lipome parosté n'a pas de continuité cortico-spongieuse et est coiffé d'une plage graisseuse. L'absence de spongieux au centre de la lésion ouvre une gamme diagnostique très large. Les ossifications de tractions ont une topographie particulière en regard d'insertion de membrane osseuse, ou de tendon (grand pectoral, grand fessier).