JFR 2011 - 3146 - Infections en pathologie musculo-squelettique 2e partie

Mis à jour le 15/11/2012 par SFR
Infection des membres : enfant et adulte
H CHIAVASSA-GANDOIS, J VIAL, C BAUNIN, A PONSOT, C BARCELO, D LABARRE, N SANS
Objectifs
Connaître les signes en imagerie d'infections osseuses et des tissus mous chez l'enfant et l'adulte. Savoir évoquer le diagnostic d'infection devant une lésion osseuse, en préciser l'extension et discuter les diagnostics différentiels selon l'âge. Connaître les indications d'IRM, la technique et la sémiologie des infections ostéo-articulaires. Connaître les spécificités de l'enfant (particularités anatomiques, terrain favorisant). Connaître les signes de réactivation aiguë sur ostéomyélite chronique, les signes d'infection d'un pied diabétique, les particularités des infections après chirurgie ou sur matériel.
Messages à retenir
L'infection aiguë des membres doit être diagnostiquée précocement par une imagerie adaptée en raison du risque de séquelles et de complications. Les radiographies standard sont réalisées en première intention devant un tableau de douleur et/ou boiterie chez l'enfant. Les premiers signes osseux apparaissent après 7 à 10 jours d'évolution. L'échographie permet de détecter un éventuel épanchement intra-articulaire, une collection des parties molles et un abcès sous-périosté chez l'enfant. L'IRM a une sensibilité élevée pour le diagnostic précoce de l'ostéomyélite aiguë. Chez l'enfant elle est particulièrement indiquée en cas de suspicion d'atteinte de la physe ou de résistance au traitement médical (recherche d'abcès). La ponction ou biopsie radiologique ou chirurgicale doivent être réalisées à la recherche d'un germe et pour confirmation histologique dans certains cas.
Résumé
Les infections de l'os et des parties molles des membres sont une urgence diagnostique et thérapeutique à tout âge. La clinique est souvent aspécifique. L'IRM permet un diagnostic précoce et une prise en charge adaptée. L'échographie (recherche d'épanchement intra-articulaire, de collections des parties molles, d'abcès sous-périosté chez l'enfant) et la TDM (séquestre osseux, matériel) ont également une place dans cette pathologie. Le recours à la biopsie est parfois nécessaire. Chez l'enfant, les manifestations morphologiques diffèrent selon l'âge et le terrain. Les particularités anatomiques pédiatriques expliquent le risque d'abcès sous-périosté et d'ostéo- arthrite.