JFR 2012 - 3140 - Imagerie des pieds et chevilles 2e partie

Mis à jour le 02/05/2013 par SFR
Imagerie des pathologies articulaires et ligamentaires de la cheville
Orateur : Olivier Fantino
Objectifs
Connaître les principales pathologies ligamentaires et articulaires de la cheville.
Connaître la technique de réalisation et la sémiologie des clichés simples, de l'échographie, de l'arthro-scanner et de l'IRM.
Connaître la place de chaque technique d'imagerie, ses avantages et ses limites.
Messages à retenir
Les clichés simples sont indispensables et doivent être réalisés selon des règles précises.
L'échographie sous réserve d'un appareillage haut de gamme et d'un opérateur entrainé est performante pour explorer la pathologie ligamentaire.
L'arthro-scanner est l'examen de référence pour explorer la pathologie articulaire et peut être associé à l'injection de cortico-stéroïdes.
L'IRM permet une vision globale des structures osseuses, articulaires, ligamentaires et tendineuses.
Résumé
L'imagerie commence toujours par des clichés simples qui doivent être correctement réalisés et interprétés. L'échographie dynamique permet une exploration fiable des lésions ligamentaires et une approche de la pathologie articulaire (épanchement, synovite, éventuels corps étrangers) mais n'est pas suffisante, notamment en cas de pathologie ostéochondrale ou d'arthropathie dégénérative sur les clichés simples. Le choix de l'imagerie en coupe complémentaire peut être orienté par la clinique et les clichés simples : s'il n'y a pas de pathologie articulaire visible, une IRM permet un bilan global fiable ; s'il existe une lésion ostéochondrale, une arthrose ou une suspicion de corps étrangers, l'arthro-scanner est alors préféré.