JFR 2012 - 2340 - Imagerie des mains et poignets 1e partie

Mis à jour le 29/01/2014 par SFR
Mains et poignets : Instabilité du carpe
Orateur : Alain Blum-Moyse
Objectifs
Connaître les principaux ligaments stabilisateurs du carpe.
Savoir identifier une instabilité potentiellement arthrogène.
Connaître la valeur diagnostique des différents examens (scanner 4D, arthroscanner, arthro-IRM).
Messages à retenir
Les instabilités scapholunaires sont les plus graves car elles sont arthrogènes.
Il n’existe un lien entre les anomalies morphologiques et la faillite biomécanique de l’articulation.
Le scanner 4D permet de détecter certaines anomalies biomécaniques de l’instabilité prédynamique.
Résumé
Une des classifications les plus utilisées est celle gradant les instabilités en prédynamique, dynamique, statique. L’instabilité scapholunaire est la plus grave car elle est évolutive, arthrogène et plus difficile à traiter quand les anomalies positionnelles des os du carpe sont avancées. Ces dernières sont directement corrélées à la sévérité des lésions ligamentaires. L’atteinte cartilagineuse est un facteur pronostique important. Le diagnostic d’une instabilité comporte l’analyse de la biomécanique (clichés standard et dynamiques, scanner 4D), des ligaments (arthroscanner ou arthro-IRM) et du cartilage (arthroscanner ou arthroIRM). Parmi les traitements en vogue, les arthrodèses partielles visant à redresser le scaphoïde connaissent un certain succès.