JFR 2013 - 3308 - Ostéo-articulaire diagnostique et interventionnel - Quels sont les pièges de la coiffe des rotateurs, comment les éviter ? 3e partie

Mis à jour le 13/11/2014 par SFR

Aspect IRM des lésions atypiques

Orateur :Jérôme Renoux 

Messages à retenir
La sémiologie IRM des lésions tendineuses est très variable.
En particulier, les calcifications peuvent présenter des aspects atypiques.
En cas de variation morphologique importante, l'IRM facilite l'analyse des lésions.
L'étude étant unilatérale, le caractère symptomatique d'une lésion est parfois difficile à affirmer.

Résumé
L'hypersignal transfixiant d'une lésion n'est pas toujours évident dans les lésions anfractueuses. L'absence de mobilisation rend le diagnostic plus difficile mais l'analyse dans les 3 plans de l'espace et l'étude des épanchements précise la gravité des lésions car la superposition de l'acromion n'est pas gênante en IRM. Les calcifications peuvent entraîner de fausses images de rupture et les clichés standard sont indispensables avant de commencer une IRM de la coiffe. Le versant inférieur de l'articulation acromioclaviculaire doit être analysé, ainsi que ses rapports avec la superficie de la coiffe, car cette région n'est pas vue en échographie et peut être source de conflit, de bursite et de ruptures superficielles. Les lésions deltoïdiennes susceptibles d'entraîner de fausses images échographiques doivent être décrites. L'IRM étant souvent unilatérale, ses conclusions doivent être très prudentes car de nombreuses lésions sont asymptomatiques et ce n'est que la corrélation avec la clinique qui permet d'affirmer qu’une image anormale soit à l’origine de la symptomatologie du patient.