JFR 2010 - 5348 - Biopsies percutanées, 1e partie

Mis à jour le 29/06/2011 par SFR
Biopsies percutanées : sous scanner
C DE BAZELAIRE, A PLUVINAGE, M CHAPELLIER-CANAUD, A NATAF, E DE KERVILER
Objectifs
Connaître les facteurs de risques réels de complication pendant les biopsies. Savoir choisir les meilleurs trajets de ponction. Connaître les techniques permettant d'améliorer les performances des biopsies sous scanner.
Messages à retenir
Avant la biopsie, il faut prévoir ses complications : contrôler l'hémostase et connaître la tolérance du patient en cas de complication (VEMS…), disposer d' une voie d'abord veineuse, vérifier le matériel de monitoring (scope, saturation) et d'oxygénation, disposer d'un matériel de drainage pleural et de colle hémostatique. Il ne faut pas hésiter à changer de modalité de guidage car certaines biopsies prévues sous scanner se révèlent beaucoup plus faciles sous échographie (une masse rénale chez un sujet mince…). Le choix du trajet de ponction doit favoriser les passages à travers la graisse, indolores et sans danger. Les nouveaux introducteurs à bouts mousses et les techniques d'hydro-dissection sont particulièrement utiles pour atteindre les cibles en évitant de blesser les vaisseaux, les anses digestives, les séreuses... Le conditionnement des prélèvements doit être adapté aux questions posées : fixation pour une analyse anatomopathologique, congélation pour un typage précis des cancers du sein, des mélanomes et des lymphomes, transport rapide dans du sérum physiologique pour une étude microbiologique, étalement sur lame pour un diagnostic cytologique rapide des hémopathies rapidement évolutives.
Résumé
Le choix du trajet de ponction doit favoriser les passages à travers la graisse, indolores et sans danger. Le risque de saignements diminue en périphérie des organes loin des grosses structures vasculaires. Il est conseillé de réduire le nombre de passages trans-pleurales en évitant les lésions sous-pleurales et les trajectoires trans-scissurales. La biopsie doit être indolore, réalisée sous anesthésie locale éventuellement complété par des antalgiques IV. Les introducteurs à bouts mousses et les techniques d' hydro-dissection permettent d'atteindre les cibles sans blesser les vaisseaux, les anses digestives et les séreuses. Le conditionnement des prélèvements doit être adapté aux diagnostics recherchés.