JFR 2010 - 4119 - Radiologie interventionnelle du carcinome hépatocellulaire, 1e partie

Mis à jour le 29/06/2011 par SFR
Chimioembolisation intra-artérielle hépatique
F PILLEUL
Objectifs
Messages à retenir
La chimioembolisation intra-artérielle hépatique (CIAH) est un traitement palliatif qui augmente la survie des patients porteurs de CHC. Un bilan angiographique très précis est utile à la planification du geste. La CIAH doit être réalisée en hypersélectif, chaque fois que cela est possible. L'avenir est placé dans le développement de nouvelles molécules beaucoup plus efficaces pour la CIAH ainsi que les traitements combinés.
Résumé
La chimioembolisation intra-artérielle hépatique (CIAH) est une technique diffusée depuis de nombreuses années et fait partie des traitements palliatifs du CHC, dont le bénéfice en terme de survie a longtemps été débattu mais semble aujourd'hui bien démontré. La technique a progressivement évolué : les CIAH injectées en « foie total » sont aujourd'hui proscrites (en raison du risque majeur de décompensation de cirrhose). L'injection « lobaire » lors de chaque session a progressivement laissé place aux injections hypersélectives, particulièrement avec les particules chargées ; d'autant que le bilan angiographique doit être extrêmement précis. Ces nouveaux vecteurs permettent un relargage progressif et précis de la chimiothérapie et ont montré une diminution significative des effets secondaires et de la douleur et une tendance vers l'amélioration de la réponse tumorale. L'amélioration de la survie reste cependant à démontrer. L'utilisation de nouvelles drogues plus efficaces que la doxorubicine ou le cisplatine devrait permettre d'améliorer encore l'efficacité. Enfin, de nombreux essais sont actuellement menés sur les traitements séquentiels (CIAH – destruction percutanée) ou combinés, dont l'avenir semble très prometteur.