JFR 2010 - 4348 - Traitement des métastases, 3e partie

Mis à jour le 29/06/2011 par SFR
Traitement intra-artériel des métastases hépatiques
JF GESCHWIND
Objectifs
Apprendre les indications pour la chimio-embolisation des métastases hépatiques. Apprendre l'anatomie, les méthodes et résultats pour les différents types de métastases hépatiques. Revoir les résultats cliniques de la chimio-embolisation pour les métastases hépatiques.
Messages à retenir
La chimio-embolisation est un des moyens de traitement des métastase hépatiques surtout pour celles venant du côlon et neuro-endocrine. La chimio-embolisation est généralement bien tolérée avec peu de conséquences graves. Le rôle de la radio-embolisation continue de grandir et un essai contre la chimio-embolisation serait intéressant.
Résumé
D'abord présentée en 1980, la chimio-embolisation artérielle percutanée (TACE) exploite l'approvisionnement préférentiel artériel hépatique des tumeurs du foie pour l'administration ciblée d'agents chimiothérapeutiques suivie par embolisation ou une réduction des flux artériels en utilisant différents types de particules, tout en épargnant le parenchyme hépatique environnant. Malgré de nombreuses données sur l'utilisation de la chimio-embolisation pour les patients atteints de cancer primitif du foie, il y a moins d'expérience avec la chimio-embolisation dans le traitement des métastases hépatiques. Plusieurs études ont un excellent taux de réponse complète des symptômes cliniques et biologiques de 70% à 73% des patients avec tumeur carcinoïde métastatique traités par la chimio-embolisation. Il ya aussi de plus en plus de preuves que la chimio-embolisation prolonge considérablement la durée de vie des patients atteints de métastases du mélanome oculaire, cholangiocarcinome périphérique et les métastases du cancer du sein. L'efficacité de la chimio-embolisation dans les autres groupes, tels que les patients ayant des métastases colorectales, est moins bien établie. Cependant, une étude récente a montré que la chimio-embolisation peut prolonger significativement la survie des patients avec des métastases colorectales d'autant plus que la plupart de ces patients avaient déjà été traités par une chimiothérapie systémique.