JFR 2012 - 5104 - Prise en charge radiologique des hémmoragies digestives graves d'origine artérielle 1e partie

Mis à jour le 22/01/2013 par SFR

  
Le scanner dans les hémorragies digestives : pourquoi, quand, comment

Marc Zins
Objectifs
Messages à retenir 
En cas d’hémorragie digestive haute ou basse, l’endoscopie peut être négative ou trop difficile (tractus gastro-intestinal rempli de sang).
Le scanner, avec ses reconstructions multiplanaires, ses possibilités angiographiques, sa rapidité, peut parfaitement visualiser l’estomac, l’intestin grêle et le colon (ensemble du tractus gastro-intestinal), vérifier l’hémorragie et retrouver la cause précise responsable.
Dans ces conditions (scanner positif), l’angiographie à visée thérapeutique, suprasélective est fortement orientée, permettant un gain de temps appréciable pour arrêter l’hémorragie.
Résumé 
Les scanners multidétecteurs offrent des possibilités de reconstruction immédiate pour analyse de l’ensemble des structures digestives (estomac, grêle, côlon), en même temps que des acquisitions angiographiques très détaillées en cas d’hémorragie grave (hématémèse ou rectorragie), d’origine artérielle, du tractus gastro-intestinal. Sa mise en œuvre est indispensable en cas d’endoscopie négative ou non praticable, en fonction de la stabilité hémodynamique. La sémiologie TDM est la suivante : contenu liquidien dense intradigestif (60 UH), caractéristique du sang frais, mise en évidence du caillotage dans le site hémorragique ("caillot sentinelle"), infiltration hémorragique de la paroi digestive (hémorragie sous-muqueuse), au niveau du duodénum et du jéjunum, surtout en cas de traitements anticoagulants et de troubles de la coagulation, infiltration des mésos graisseux régionaux, extravasation éventuelle de produit de contraste après injection IV d'iode, analyse de l'étiologie en cause : ulcère, tumeur, diverticule, angiodysplasie caecale, épanchement intrapéritonéal, syndrome occlusif démontré. Le scanner permet de différencier, d'exclure une ischémie intestinale aiguë sur thrombose veineuse mésentérique et va guider au mieux une angiographie thérapeutique supra-sélective, grâce à un taux de détection plus importante des fuites actives sous forme d’extravasation. La place du scanner est surtout essentielle dans les hémorragies basses dès lors que l'endoscopie est non contributive.