JFR 2012 - 5104 - Prise en charge radiologique des hémmoragies digestives graves d'origine artérielle 3e partie

Mis à jour le 22/01/2013 par SFR

  Les hémorragies digestives basses : indications, techniques et résultats de l'embolisation artérielle

Pascal Chabrot
Objectifs
Messages à retenir 
Endoscopies haute et basse sont à réaliser en première intention, complétées par un scanner quand l'origine du saignement n'a pu être précisée.
L'artériographie, premier temps d'une embolisation, est indiquée en urgence chez des patients instables ou en cas de saignements importants répétés dont on a localisé l'origine.
Hypersélective, utilisant avant tout des microcoïls, l'embolisation est faisable dans plus de 80 % des cas, autorisant alors l'hémostase avec constance mais des récidives sont possibles (20 %) ; le risque d'ischémie digestive sévère est limité (2 %).
L'embolisation permet d'éviter la chirurgie en urgence à haut risque de diverticules, pathologie inflammatoire, tumeurs, ou angiodysplasies hémorragiques..
Résumé 
Le choix des modalités optimales pour diagnostic et prise en charge n'est pas formellement établi. Endoscopie haute et coloscopie doivent être réalisées, cette dernière n'étant fréquemment que partielle et de faible rendement. Toute hémorragie dont l'origine n'a pu être précisée par endoscopie relève d'une exploration TDM en urgence. L'artériographie est indiquée comme premier temps d'une embolisation chez des patients cliniquement instables, ou en cas de saignements importants répétés dont on a localisé l'origine. Son déroulement technique sera développé (injections sélectives, acquisitions prolongées, pharmaco-angiographie, intérêt de l'insufflation, du marquage par clip...). Quand un blush (extravasation) est objectivé, son exclusion, le plus souvent par coïls, est à atteindre par micro-cathéter hypersélectif, la collatéralité étant réduite. En cas de diverticules hémorragiques, on peut éviter une chirurgie en urgence à haut risque. En cas de tumeurs, angiodysplasies, pathologie inflammatoire, on peut convertir colectomie en urgence en chirurgie élective secondaire.