JFR 2012 - 2319 - Les nouvelles techniques de guidage en imagerie d'intervention 1e partie

Mis à jour le 19/09/2013 par SFR
Apport des modules interventionnels scanographiques en radiologie thérapeutique oncologique
Orateur : Teriitehau Christophe
Objectifs
Messages à retenir
Multiplications des procédures interventionnelles oncologiques scanographiques (thermo-ablation, cimentoplasties).
Apparition de modules interventionnels dédiés avec reconstructions mutiplanaires immédiates avec exploration dans l’axe des z à 40mm permettant des balistiques compliquées.
Gain de temps et procédures sécurisées.
Garder à l’esprit qu’il s’agit de procédures relativement irradiantes, en particulier le fluoroscanner, par rapport aux techniques angiographiques.
Résumé
De multiples procédures en radiologie interventionnelle oncologique sont du domaine du guidage scanographique. En effet, certaines localisations tumorales, telles que dans le poumon, bénéficient du contraste naturel offert par le scanner. D’autres cibles, profondes ou d’accès difficile et risqué, nécessitent un guidage précis avec des reconstructions multiplanaires. La multiplication des procédures de radiologie interventionnelle (thermo-ablation, biopsies, drainage et cimentoplastie à risque) conjointement aux évolutions techniques scanographiques (augmentation du diamètre du tunnel, augmentation du nombre de détecteurs et du champ d’exploration dans l’axe des z à 40mm) a été à l’origine du développement de modules dédiés à l’imagerie interventionnelle scanographique. L’opérateur a longtemps été cantonné au seul contrôle axial de la trajectoire. Le développement de ces modules permet, non seulement de piloter seul le scanner avec un gain de temps significatif, mais aussi, via les multiples écrans de contrôle en salle, d’avoir accès à des reconstructions mutliplanaires incrémentielles immédiates. Par ailleurs, le mode fluoroscanographique, particulièrement irradiant et devant être réservé à des indications limitées, couplé à une exploration de 40mm dans l’axe des z, permet un contrôle en temps réel de la procédure ouvrant la voie à des gestes tels que les cimentoplasties à risque.