JFR 2012 - 3111 - Radiologie interventionnelle thoracique : que doit savoir tout radiologue 1e partie

Mis à jour le 08/01/2014 par SFR
Radiologie interventionnelle des artères systémiques bronchiques et non bronchiques
Orateur : Antoine Khalil
Objectifs
Messages à retenir
L'angioscanner dans l'hémoptysie permet de localiser le saignement, d'éliminer une participation des artères pulmonaires et de faire une cartographie des artères systémiques.
Dans l'hémoptysie, l'embolisation doit être distale avec des particules d'au moins 700 microns voire plus en cas de shunt systémo-pulmonaire.
Le traitement des hypervascularisations systémiques est fonction des risques d'hémoptysie ou d'hémomédiastin par rupture ou de défaillance cardiaque gauche par hyperdébit.
Attention aux anastomoses avec des artères (coronaire) ou de collatérales (rameau oesophagien, rameau médullaire).
 
Résumé
L'angioscanner est actuellement un examen incontournable en préthérapeutique pour la prise en charge des hémoptysies et des hypervascularisations systémiques. Dans l'hémoptysie, il permet de localiser le saignement, de faire le bilan étiologique, d'éliminer une érosion de l'artère pulmonaire. La cartographie vasculaire fournie par l'angioscanner est fondamentale dans la planification d'un traitement d'une hémoptysie ou d'une hypervascularisation systémique. Dans l'hémoptysie, la participation des artères systématiques non bronchiques nécessite la présence d'une symphyse pleurale sauf celle provenant des artères du ligament pulmonaire. L'embolisation peut se faire à travers d'un cathéter 5F ou 4F en cas de cathétérisme stable sans fuite de produit de contraste dans l'aorte thoracique sinon l'utilisation d'un micro cathéter est indiquée. L'embolisation doit être distale avec du matériel non résorbable de diamètre au moins égale à 700 microns. Dans certains cas de shunt systémo-pulmonaire dans des pathologies chroniques la taille des particules doit être augmentée jusqu'à plus de 1000 microns pour ne pas passer à travers ces anastomoses. L'occlusion proximale doit être évitée surtout des artères dont le cathétérisme est aisé.