JFR 2013 - 4104 - Quand et comment je fais une radio-embolisation hépatique ? 2e partie

Mis à jour le 19/05/2014 par SFR

La radioembolisation vue par le médecin nucléaire et le physicien

Orateur : Rémy Perdrisot


Messages à retenir
La radioembolisation consiste en l'injection intra-hépatique de microsphères chargées d'yttrium 99
Le rayonnement β- émis est responsable d'une dose délivrée localement important (parfois supérieure à 200 Gy)
L'évaluation d'éventuels shunt intra-hépatiques est capital avant le traitement.
La dose injectée dépend des shunts intra-hépatiques, de la masse tumorale et de la masse hépatique résiduelle

Résumé
L’Yttrium 90 est un émetteur de rayonnement β-, sa demi-vie est de 64,2 heures. Le rayonnement β- est un rayonnement fortement énergétique (2 200 Kev) avec une faible pénétration tissulaire (2,5 mm), ce qui permet de préserver le parenchyme péritumoral. En outre, la faible profondeur de pénétration du rayonnement rend inutile le confinement du patient. Après occlusion des artères extra-hépatiques, une scintigraphie par injection intra-hépatique de macro-agrégats d’albumine marquée au technétium 99m est réalisée avant le traitement. Cette scintigraphie a pour but de mesurer l’importance du shunt hépato-pulmonaire nécessaire à la modulation de la dose d’irradiation qui sera délivrée au foie. En évaluant la dose potentielle délivrée au poumon, on calcule ainsi la dose à injecter dans le foie. L'étude du rayonnement de freinage après le traitement permet d'évaluer le ciblage du traitement.