JFR 2011 - 3140 - Echographie en imagerie de la femme 3e partie

Mis à jour le 30/03/2012 par SFR
L'élastographie en imagerie de la femme
V JUHAN-DUGUET, V BOUTÉ
Objectifs
Connaître les différentes techniques utilisées en élastographie. Savoir les utiliser de façon optimale. Connaître les recommandations pour l'analyse des critères élastographiques et les éventuels faux négatifs.
Messages à retenir
Il existe des critères élastographiques qualitatifs et quantitatifs. Les critères élastographiques doivent toujours être associés à l'analyse morphologique (étude BIRADS). Une étude morphologique soignée est indispensable avant d'appuyer sur la touche « élastographie » . L'élastographie paraît avoir un intérêt pour améliorer la classification BI RADS, notamment pour la classification des masses ACR3- ACR4a.
Résumé
L'élastographie permet d'appréhender la dureté d'une lésion. Elle est proposée en sénologie après l'étude morphologique 2B. Le principe est de créer une déformation de la lésion, en appliquant une force externe, ou interne, qui peut être une onde de cisaillement. Les critères étudiés sont qualitatifs, semi quantitatifs, ou quantitatifs. L'objectif principal étudié est d'améliorer les performances de la classification BI-RADS, pour l'analyse des masses. L'association échographie 2B et élastographie permettrait de diminuer le taux d'ACR3 malin et d'éviter de biopsier les lésions ACR4 bénin. Pour l'exploration du pelvis, l'élastographie est en cours d'évaluation pour la différenciation tumorale et l'appréciation du col pendant l'accouchement.