Tous nos sites et sites référencés

QUANTIFICATION DE LA SEVERITE ET DU RETENTISSEMENT DU RECTRECISSEMENT AORTIQUE A L’IRM

Mis à jour le 13/08/2010 par SFR

QUANTIFICATION DE LA SEVERITE ET DU RETENTISSEMENT DU RECTRECISSEMENT AORTIQUE A L'IRM
O. Corneloup, V. Latrabe, M. Montaudon, F. Laurent
Service d'imagerie thoracique. Hôpital Haut Lévèque, Pessac.
But : Le rétrécissement aortique (RA) est la valvulopathie la plus fréquente. Son indication
opératoire repose sur l'évaluation de la surface valvulaire aortique. Cette mesure peut s'avérer peu
fiable, y compris à l'échographie trans-oesophagienne (ETO). Le but de cette étude est d'évaluer la
place de l'IRM dans cette indication.
Matériels et méthodes : 20 patients (âge moyen 69.8 ans) porteur d'un RA asymptomatique
et 5 sujets sains ont été explorés par IRM, échographie transthoracique (ETT) et ETO. Une double
lecture en aveugle est réalisée pour la surface valvulaire et la fraction d'éjection. Des corrélations inter
et intra-observateur sont recherchées.
Résultats : L'IRM est plus sensible que l'ETT. Ses mesures sont bien corrélées avec l'ETO
tout en présentant une variabilité intra-observateur moindre.
Conclusion : L'IRM est une technique fiable pour la quantification du RA et peut jouer un rôle
significatif dans l'évaluation pré-opératoire de cette valvulopathie.