Tous nos sites et sites référencés

SEMIOLOGIE RADIOLOGIQUE DES HNFs TELANGIECTASIQUES : COMPARAISON AVEC LES ADENOMES ET LES HNFs DE FORME CLASSIQUE

Mis à jour le 13/08/2010 par SFR

SEMIOLOGIE RADIOLOGIQUE DES HNFs TELANGIECTASIQUES : COMPARAISON AVEC LES ADENOMES ET LES HNFs DE FORME CLASSIQUE
H. Laumonier, N. Kerioui, J.B. Galtier, H. Trillaud
Service de radiologie, Hôpital Saint-André, Bordeaux
But de l'étude : L'objectif de ce travail rétrospectif a été de déterminer des critères
radiologiques utiles au diagnostic des hyperplasies nodulaires focales (HNFs) atypiques, en particulier
de la forme télangiectasique.
Matériel et méthode : 60 patients chez qui un diagnostic histologique d'HNF ou d'adénome
hépatocellulaire avait été posé entre 1994 et 2004 ont été inclus. Les examens d'imagerie
(échographie-Doppler, scanner et IRM) de chaque patient ont été relus par deux radiologues (un
senior et un junior) selon une grille diagnostique pré-établie et en aveugle des résultats anatomopathologiques.
Les caractéristiques radiologiques de trois groupes lésionnels ont été comparées :
groupe HNFs de forme classique (n=42 lésions), groupe HNFs télangiectasiques (n=20 lésions) et
groupe adénomes (n=18 lésions). Une confrontation anatomo-radiologique a été réalisée sur la base
des archives du laboratoire d'anatomopathologie.
Résultats : Les lésions multiples étaient plus fréquentes dans le groupe HNFs
télangiectasiques (67% des patients), sans différence significative entre les trois groupes. Un aspect
hétérogène en IRM était significativement plus fréquent dans les groupes adénomes et HNFs
télangiectasiques. En pondération T1, le comportement des HNFs télangiectasiques ne différait pas
significativement de celui des HNFs de forme classique. En pondération T2, 50% des HNFs
télangiectasiques étaient fortement hyperintenses (p<0,05 avec le groupe HNFs de forme classique et
avec le groupe adénomes). Après injection de gadolinium, 75% des HNFs télangiectasiques étaient
en hypersignal à la phase tardive contre 37% des adénomes et 35% des HNFs de forme classique
(p=0,007et p=0,02 respectivement). Pour l'ensemble des lésions, l'hypersignal persistant à la phase
tardive ainsi que l'aspect fortement hyperintense en T2 étaient statistiquement liés à la présence d'une
distension sinusoïdale.
Conclusion : La fréquence des lésions multiples, d'un fort hyper signal T2 et d'un
rehaussement persistant à la phase tardive sont les caractéristiques les plus remarquables des HNFs
télangiectasiques, ce qui les différencie à la fois des HNFs de forme classique et des adénomes. Un
iso ou léger hyposignal T1 est habituel ainsi que le rehaussement massif à la phase vasculaire et
l'absence de cicatrice centrale.