Tous nos sites et sites référencés

DISSECTION SPONTANEE DES ARTERES RENALES : A PROPOS DE 2 OBSERVATIONS

Mis à jour le 13/08/2010 par SFR

DISSECTION SPONTANEE DES ARTERES RENALES : A PROPOS DE 2 OBSERVATIONS
F. Espérabé-Vignau, V. Pierre, V. Pérot, J.M. Fraumont, N. Grenier
Service de Radiologie B - Hôpital Pellegrin, Bordeaux
But : Nous présentons l'expérience de la prise en charge et du suivi à moyen terme de
dissections spontanées et bilatérales des artères rénales.
Méthodes : Deux patients âgés de 48 ans, ont présenté un tableau de dissection spontanée
et bilatérale des artères rénales. Le diagnostic, évoqué à l'angio-IRM, est confirmé par l'artériographie
sélective. Le suivi s'étend respectivement sur 17 et 15 mois. Il fait intervenir différentes techniques
d'imagerie : échographie doppler, angio-TDM, angio-IRM, artériographie sélective des artères rénales.
Résultats : Dans les deux cas, devant un tableau de douleurs lombaires bilatérales
d'apparition brutale, une TDM permet la découverte de plages d'infarctus localisés du parenchyme
rénal. Le bilan morphologique vasculaire conduit à l'artériographie sélective qui retrouve un aspect de
dissection spontanée des artères rénales. Sous traitement anticoagulant, le premier patient présente
une stabilité des lésions. Le deuxième patient, présentant une dilatation du faux chenal, bénéficie
d'une angioplastie unilatérale avec mise en place d'un stent. Elle permet la récupération d'un calibre
satisfaisant du vrai chenal artériel autorisant l'arrêt du traitement anticoagulant.
Conclusion : La dissection spontanée des artères rénales est une pathologie rare d'autant
plus quand l'atteinte est bilatérale. Elle se complique souvent d'infarctus rénaux. L'évolution est bonne
sous anticoagulant mais le traitement endovasculaire peut être nécessaire dans certains cas.